0 0
Read Time:1 Minute, 54 Second
Evan Spiegel assure que Snapchat lutte contre le trafic de stupéfiants mais est-ce bien efficace ?

Evan Spigel, dans une interview à L’Obs, explique que les équipes de Snapchat lutte contre le trafic de stupéfiants mais les moyens mis en œuvre sont-ils bien efficaces ?

La petite phrase de Gérald Darmanin ce mercredi 19 mai sur France Inter n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Le patron du réseau social préféré des jeunes, Evan Spiegel, a défendu la politique menée en interne pour lutter contre le trafic de drogue.

Gérald Darmanin avait dénoncé « l’ubérisation des livraisons à domicile par l’intermédiaire des réseaux sociaux, Snapchat, notamment, qui doit prendre ses responsabilités, qui doit arrêter d’être le réseau social de la drogue. »

Interviewé par L’Obs ce jeudi 20 mai, Evan Spiegel explique que ses équipes collaborent avec les services du ministère de l’Intérieur. 

C’est pour cela que nous travaillons avec la police

« Nous avons toujours pris très au sérieux la sécurité de notre communauté, précise le fondateur et PDg de Snapchat à nos confrères de L’ObsNous investissons beaucoup, et depuis très longtemps, sur la surveillance de tous les échanges sur la plateforme concernant le trafic de drogues. Et nous travaillons déjà avec les autorités locales et avec des ONG pour repérer et arrêter les dealers.

Des nouveaux mots pour parler de drogue

« Il faut constamment faire évoluer les outils de détection parce que sont sans cesse inventés de nouveaux mots pour parler de drogues en se cachant des autorités. C’est pour cela que nous travaillons avec la police, pour être très rapides dans notre adaptation, pour mieux les détecter et les retirer de la plateforme. C’est un enjeu très important pour nous et nous y travaillons beaucoup”, explique le patron de la plateforme.

Les réseaux sociaux semblent bien en peine pour lutter contre le phénomène. Les stories, qui disparaissent en 24 heures, sont prisées des dealers car elles sont chiffrées lorsqu’elles sont échangées entre utilisateurs. La promotion du cannabis est abondamment relayée également sur Twitter ou sur WhatsApp qui protège la confidentialité des échanges. 

Autre problématique soulevée : l’absence de représentant légal de ces entreprises en France. L’entreprise Snapchat est immatriculée au Royaume-Uni comme le rappelle BFMTV, WhatsApp et Twitter en Irlande. Difficile donc d’entamer des démarches judiciaires contre ces entreprises. 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %