1 0
Read Time:2 Minute, 33 Second

Par Maxime Barbaud
Publié le 22/05/2021 22:07
Ambitieux 3es de la dernière Coupe du Monde, les Diables Rouges feront de nouveau partie des favoris pour l’Euro. C’est sans doute la dernière chance de briller pour cette brillante génération car en plus des doutes concernant l’état de forme de son capitaine Eden Hazard, la Belgique n’a plus la même homogénéité qu’il y a trois ans.

La Belgique a tout écrasé en qualifications

Depuis quelques années, la Belgique est la reine des qualifications. Bien souvent, elle se retrouve dans un groupe très abordable. La campagne pour accéder à cet Euro n’y a pas échappé. Après un 9/10 pour la Coupe du Monde 2018, voilà un 10/10. Les Diables ont régalé dans le groupe I face à la Russie, l’Écosse, Chypre, le Kazakhstan et Saint-Marin, inscrivant au passage 40 buts pour 3 encaissés seulement. Bien sûr, ce parcours sans-faute est à mettre en perspective avec le niveau des adversaires. Il y a tout de même eu un 9-0 collé à l’enclave italienne et carton un 6-1 sur les faibles Chypriotes. Qu’en sera-t-il face à une nation majeure, alors même que les Belges ont encore brillé plus récemment en Ligue des Nations ? Réponse lors de la phase à élimination directe de l’Euro puisque qu’avec le Danemark, la Russie et la Finlande, la Belgique sera la grande favorite du groupe B.

Le 3-4-3 devenu marque de fabrique de l’ère Martinez

Depuis l’arrivée de Roberto Martinez au lendemain d’un Euro 2016 manqué, la Belgique a évolué dans son système de jeu. Terminé le 4-2-3-1 de Marc Wilmots où De Bruyne et Hazard se marchaient dessus. Désormais, c’est un 3-4-3 qui permet de mieux occuper les ailes et d’offrir plus de libertés aux éléments offensifs. Mais pour garantir cet équilibre, il faut des pistons solides. Avec Meunier ou Castagne à droite, Yannick Carrasco à gauche ou encore les polyvalents Thorgan Hazard et Nacer Chadli, la Belgique a de quoi faire, même si tous ces éléments cités ne sont pas toujours titulaires dans leurs clubs respectifs. Devant, on retrouve Kevin De Bruyne, qui n’a jamais semblé aussi fort depuis trois saisons avec Manchester City, et un Romelu Lukaku devenu très impressionnant sous Antonio Conte à l’Inter. Il reste Eden Hazard, censé être la star de l’équipe mais depuis son transfert au Real Madrid, le capitaine de la sélection accumule les blessures et ne présente aucune garanti physique. C’est un problème. Autre point plus faible, Kompany parti à la retraite, la défense est un peu orpheline de son patron. Alderweireld et Vertonghen, sans même parler de Vermaelen aujourd’hui au Japon, commencent à tirer la langue tandis que Denayer est sans doute un peu léger pour le plus haut niveau. Enfin, Courtois est fiable dans le but et le double pivot composé de Tielemans plus un (Witsel s’il est bien remis de sa blessure, ou Dendoncker et pourquoi pas De Bruyne s’il redescend d’un cran comme en Russie) devrait tenir la route.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %